Le Sentier de l'Imbut

avec sortie par le Sentier Vidal

650m

5h

km

Carte IGN : 3442OT

Niveau : Très Difficile

Intérêt : Très Bien

Nombreux points 

 d'eau 

Version imprimable

de la rando :

Cette randonnée est la plus difficile de notre site... et le restera à notre avis encore longtemps. Nous recommandons de s'équiper d'un baudrier et de 2 longes avec un mousqueton pour pouvoir s'assurer en cas de panique... car il est difficile de savoir à l'avance comment vous réagirez aux passages difficiles (baume de Maugué et sentier Vidal). De récents travaux (terminés en avril 2018) ont réhabilité les parties les plus dangereuses, nous n'y sommes pas retournés depuis. N'hésitez pas à nous raconter votre aventure si vous vous y lancez !

Le circuit se décompose en 5 phases bien distinctes en terme de difficulté :

- la descente des Cavaliers (entre l'auberge des Cavaliers et le fleuve) ne présente pas de difficulté particulière si ce n'est les pierres rendues glissantes par le passage répété des randonneurs. Les endroits un peu délicats sont très bien sécurisés (échelle, main courante rigide) ;

- le sentier de l'Imbut est la partie qui longe le Verdon : d'abord sans difficulté, le sentier devient progressivement plus délicat (étroitesse, à-pics, ...). Il nécessite d'être attentif, mais il est bien sécurisé. Il n'y a que la dernière portion (baume de Maugué, en photo ici) où la progression se fait plusieurs mètres au-dessus du verdon avec une corde métallique pour se tenir. Ce passage est impressionnant, mais si l'on s'agrippe bien à la corde, il se fait bien. Aucun de nous deux n'a senti le besoin de s'assurer avec les mousquetons. Attention cependant : ce passage est long ! Les croisements avec des personnes arrivant en sens inverse peuvent s'avérer dangereux si vous n'avez pas moyen de vous sécuriser.

- l'aller-retour vers l'Imbut (lieu où le Verdon disparait sous les roches) ne présente pas de difficulté particulière. 

- le Sentier Vidal... Disons que sa réputation le précède à juste titre... Ses difficultés se situent en bas et tout en haut. En bas, le chemin est creusé à même la roche. Très étroit et pentu, il s'élève en faisant des lacets. Les longueurs sont sécurisées, mais les virages non. Du coup, quand on lache le cable, il y a 2 ou 3 mètres à faire à chaque virage sans être sécurisé (...). Certaines marches à franchir sont assez hautes et demandent de se tracter avec les bras. Cette portion se fait avec un à-pic de plusieurs dizaines de mètres. Puis l'on retrouve un chemin normal (mais très pentu) où l'on s'aide parfois à monter en s'accrochant aux racines des arbres. Alors que l'on aperçoit le plateau, on arrive devant une falaise où le chemin disparait : il faut lever la tête et à 1.60m du sol pend la fin d'un cable : il faut l'attraper et se hisser sur plusieurs mètres de hauteur (mousqueton bienvenu). On sort en s'accrochant à une pièce métallique tordue. Le chemin continue sur la droite (absence de marquage) et l'on arrive devant la dernière difficulté : une longue échelle presque verticale...

Selon nous, l'expérience du Sentier Vidal dépend beaucoup du gabarit de la personne : si l'on est grand (~1.80m) avec une bonne carrure, attrapper les cables successifs se fait plutôt bien mais si l'on est petit(e), plusieurs passages nécessitent de se jeter en avant avec très peu de prises pour passer au cable suivant (et sans pouvoir s'assurer avec ses mousquetons).

Ce sentier n'est autorisé qu'en montée, il est interdit en descente.  

- le retour à l'auberge des Cavaliers est sans difficulté mais sans grand intérêt (car peu de vue sur le canyon). Il peut se faire en reliant le GR (c'est le circuit que nous avons choisi), en longeant la route (attention à la circulation) ou en faisant du stop.

Au final, pour nous, cette randonnée est avant tout un défi sportif ou un défi qu'on se lance à soi-même : en terme de paysages, nous lui préférons de loin le Sentier Martel. N'hésitez pas à consulter les autres sites de randonnée pour lire le maximum de témoignages sur ce parcours avant de vous y lancer (altituderando, visorando, net-verdon.com, ...) !

Bien sûr, cette randonnée est à éviter absolument par temps de pluie, de gel ou d'orage. Elle est interdite aux chiens et aux enfants de moins de 10 ans. Le sentier Vidal ne doit se faire qu'à la remontée, il est interdit en descente.

Départ : RD 71, au niveau du virage qui se situe juste en-dessous de l'auberge des Cavaliers.

La descente vers le Verdon s'effectue rapidement par une succession de lacets. Attention, les pierres se sont polies avec le passage des randonneurs au fil des années. On atteint alors les rives du Verdon. On tourne à gauche pour descendre le fleuve. Rapidement, on atteint la passerelle de l'Estellier qui permet de rejoindre le chalet de la Maline ou de rejoindre le sentier Martel. Ne pas franchir cette passerelle et rester rive gauche. Le sentier monte et descend successivement. Les passages délicats sont bien sécurisés. On atteint finalement la Baume de Maugué qui est un long passage cablé au-dessus du Verdon (prudence !). Après une courte remontée du sentier, on atteint la balise qui marque le début du sentier Vidal. Prendre à droite pour aller jusqu'à la plage de l'Imbut où le Verdon s'engouffre sous les roches. Revenir à la balise et s'engager avec une extrême prudence sur le Sentier Vidal. Celui-ci débouche sur la RD71. En face sur la route, le sentier remonte jusqu'au GR99. Une fois celui-ci atteint, tourner à gauche et suivre le GR jusqu'à l'auberge des Cavaliers. 

Balisage peu marqué (jaune) mais il est difficile de se perdre, blanc-rouge sur la portion de GR (retour). 

D'entrée, le ton est donné : l'itinéraire est dangereux et vous le faites en connaissance de cause, sous votre entière responsabilité.

On part du plateau, au niveau de l'auberge des Cavaliers (rive gauche). Rapidement, on descend au cœur des gorges.

Le sentier descend efficacement par d'étroits lacets. les roches sont glissantes car elles ont été polies par le passage de générations de randonneurs. Les passages un peu délicats sont bien sécurisés.

On atteint la rive du Verdon sans difficulté. On tourne à gauche pour le longer.

On atteint la passerelle de l'Estellier...

... d'où la vue sur le Verdon est magique.

Le sentier de l'Imbut reste rive gauche. Il est parfois étroit avec un a-pic important, mais jusque là, tout va bien...

Les points de vue sur les gorges sont superbes.

Aux endroits difficiles, tout a été fait pour sécuriser le chemin.

On atteint la baume du vieux cade (vieil arbre de 2 ou 3000 ans).

Puis le sentier repasse au bord du fleuve.

On passe quelques passages encordés sans danger.

Puis l'on atteint une nouvelle plage décorée par des dizaines de petits cairns.

Quelle vue !

On atteint la baume de Maugué : le passage est impressionnant, mais si l'on se tient fermement au cable, la progression se fait bien.

Nous recommandons d'être équipé de baudriers et mousquetons pour gérer les éventuels croisements avec d'autres personnes qui viendraient en sens inverse (ceux qui renoncent à faire le sentier Vidal).

On atteint l'embranchement avec à gauche le sentier Vidal et à droite le début du sentier qui mène à l'Imbut.

On atteint celui-ci sans difficulté : à cet endroit le Verdon s'engouffre sous les roches. Le fracas de l'eau est impressionnant et l'endroit est oppressant. Vous remarquerez les branches en hauteurs qui indiquent le niveau auquel le Verdon est capable de monter lorsque ses eaux gonflent.

On quitte l'Imbut.

C'est le cœur tapant que l'on s'attaque au sentier Vidal. Sa réputation le précède et il est difficile de savoir comment on va le gérer. En rouge, le tracé du sentier.

La montée est câblée sauf au niveau des virages.

Le sentier est creusé à même la roche et est très étroit.

Lorsqu'on tourne la tête vers le bas, c'est un a-pic de plusieurs dizaines de mètres qui nous accueille.

Le passage d'un cable à un autre est parfois espacé de 2 à 3 mètres sans pouvoir se sécuriser avec un mousqueton.

On grimpe, on se tracte en s'aidant des cables... Les arbres et leurs racines sont bienvenus.

DSC_0143

On finit par arriver au pied d'une petite falaise et le chemin se perd. En fait il faut lever la tête au ciel et au-dessus de nous pend un câble auquel on doit s'accrocher pour monter le rocher sur plusieurs mètres.

DSC_0145

Une fois ce dernier passage difficile franchi, on est soulagé de retrouver le plateau ! Le retour (par le GR ou par la route) n'a pas grand intérêt car il n'a pas de vue sur le canyon. Faire du stop peut être une option.

 

Il est impératif de se munir de la carte IGN bleue 1/25000ème correspondant à la randonnée ou de sa trace GPX  : les topos sont d'une précision insuffisante pour s'orienter en cas de problème ou d'incertitude !

Copyright © 2020 - Terres Et Pierres d'Azur - Tous droits réservés

Conditions d'utilisationMentions légalesQui sommes-nous ?

Contact : terresetpierresdazur@gmail.com

Retrouvez-nous sur Facebook :