Il est impératif de se munir de la carte IGN bleue 1/25000ème correspondant à la randonnée

ou de sa trace GPX (nous vous enverrons la trace GPX sur simple demande par mail) :

les topos sont d'une précision insuffisante pour s'orienter en cas de problème ou d'incertitude !

Copyright © 2018 - Terres Et Pierres d'Azur - Tous droits réservés

Conditions d'utilisationMentions légalesQui sommes-nous ?

Contact : terresetpierresdazur@gmail.com

Retrouvez-nous sur Facebook :

Les pénitents des Mées

150m

2h

km

Carte IGN : 3341OT

Niveau : Facile

Intérêt : Bien

Aucun point

 d'eau 

Version imprimable

de la rando :

Les Mées est une commune de 3000 habitants, située sur les rives de la Durance.

 

Le village est dominé par une longue enfilade de rochers monumentaux : les pénitents des Mées.

 

Ils se sont formés il y a 25 millions d'années et sont un agrégat de galets et de calcaire, appelé poudingue.

Leur forme est liée au lent travail de l'érosion et au ruissellement des eaux de pluie.

 

Mais il existe aussi une légende qui explique la formation des pénitents :

Au temps où les Sarrasins envahissaient notre pays, quelques seigneurs locaux dont Rimbaud des Mées décidèrent de les attaquer. Après avoir remporté la bataille, ils firent prisonnières sept belles captives. Il fut décidé que Rimbaud se chargerait de les amener par radeau sur la Durance jusqu’en Arles où les autorités décideraient de leur  sort.

Chemin faisant le sang bouillant du guerrier raviva en lui des passions bien humaines et les grands yeux noirs et tristes des belles mauresques firent le reste.

Prétextant d’une Durance un peu trop grosse pour s’embarquer, il repoussa le départ de quelques jours, et enferma les prisonnières dans sa demeure. Rimbaud, habituellement toujours parti pour la chasse ou en vadrouille, ne quittait plus la maison.

Le long des chemins, à la fontaine, au four comme au lavoir, on ne parlait que du seigneur Rimbaud enfermé avec ses sarrasines.

Le scandale commençait à prendre de l'ampleur dans le pays, ce qui poussa le prieur de Paillerols à exiger le départ des captives.

Pour prendre à témoin toute la population, le prieur décida que le dimanche suivant les sarrasines seraient conduites à la Durance devant tout le pays rassemblé. Le jour dit, tout le monde était en bordure du chemin et faisait une haie. Les moines de Paillerols et de Saint-Michel étaient un peu plus haut le long de la colline. Le portail du château s’ouvrit, les sept mauresques dans leurs vêtements scintillants, la démarche fière, sortirent. Personne ne respirait plus, on entendit même comme de profonds murmures d’admiration. Chez les moines, les coeurs battaient sous les scapulaires, leurs yeux étincelaient.

Qu’allait-il arriver? De l’autre côté de la Durance le grand Saint-Donat, l’ermite de Lure, surveillait ses ouailles et comprit ce qui allait se passer. Pour préserver du péché les moines, il les pétrifia tous sur place dans leur robe de bure. Le prieur a conservé sur sa poitrine sa croix de bois que l’on peut voir encore aujourd’hui accrochée au rocher…

 

– D’après Eugène PLAUCHUD – 1897 – Source : Office de Tourisme des Mées

 

Exceptionnellement, les photos ci-dessous ne correspondent pas au topo : nous sommes en effet passés par les crêtes (circuit bleu). Ce circuit est non balisé, difficile et dangereux du fait de nombreux a-pics non sécurisés.

Nous le déconseillons à toute personne n'ayant pas une très bonne expérience de la montagne et des sentiers dangereux. Nous le déconseillons également en cas de conditions météo défavorables (vent, pluie, brouillard, gel...). 

Nous ne pourrions être tenus responsables si vous choisissiez de l'emprunter malgré ces avertissements.

 

Départ : Rue Clovis Picon

 

Aller au bout de la rue et prendre la RD101 sur la droite. Rapidement, tourner à gauche et traverser le ravin.

Le chemin s'élève en douceur jusqu'à la crête des pénitents. Traverser la crête et redescendre sur l'autre versant. Après quelques lacets, le chemin continue à s'éloigner du village à plat puis il entame une rapide descente finale. Il débouche sur une large piste que l'on prend en tournant à gauche : elle longe les pénitents, à leur pied. Continuer tout droit jusqu'au village et retrouver la rue Clovis Picon.

 

Balisage : jaune.

Où dormir ?