Il est impératif de se munir de la carte IGN bleue 1/25000ème correspondant à la randonnée

ou de sa trace GPX (nous vous enverrons la trace GPX sur simple demande par mail) :

les topos sont d'une précision insuffisante pour s'orienter en cas de problème ou d'incertitude !

Copyright © 2018 - Terres Et Pierres d'Azur - Tous droits réservés

Conditions d'utilisationMentions légalesQui sommes-nous ?

Contact : terresetpierresdazur@gmail.com

Retrouvez-nous sur Facebook :

Rechercher

Bien choisir ses chaussures de randonnée


Alors que les rayons de randonnée des magasins de sport sont de plus en plus fournis, il est parfois bien difficile de savoir quels critères retenir pour bien choisir sa chaussure de randonnée : le prix ? l’esthétique ? le confort ? la marque ? le poids de la chaussure ?…

Dans cet article, nous allons essayer de vous aider à faire votre achat avec méthode afin de trouver le type de chaussure qui sera le plus adapté à la pratique de randonnée que vous envisagez. Nous verrons ainsi pourquoi il est important de prendre le temps et de ne pas acheter sur un coup de tête, quelles sont les questions à se poser sur sa propre pratique de la randonnée et quelles sont en conséquence les caractéristiques que doivent avoir les chaussures que vous choisirez, qu’internet est un allié précieux pour ne pas perdre de temps et qu’enfin il est indispensable d’essayer les chaussures que vous aurez sélectionné…

1. Pourquoi est-il primordial de bien étudier l’achat de ses chaussures de rando ?

Comme vous aimez randonner, vous avez l’intention d’utiliser ces chaussures régulièrement, dans toutes les conditions (en montée, en descente, sous la pluie, sous une chaleur écrasante, dans des pierriers, etc…) et pendant le plus d’années possibles.

Mais si vous faites un mauvais choix de chaussures, vos futures sorties en montagne se transformeront vite en chemin de croix…

En effet, si l’on ne prend pas le temps de bien réfléchir son achat, on s’expose aux problèmes :

  • ampoules, aux douleurs au niveau des orteils, de la cheville, à un échauffement excessif du pied qui entraine des lésions de la peau, etc…

  • sécurité insuffisante : mauvaise accroche sur des terrains glissants (boue, pierres mouillées, névés …)

  • confort insatisfaisant : l’intérieur de la chaussure a vite perdu son moelleux, le pied est trop serré, …

  • la chaussure s’abime trop vite : la semelle intérieure se décroche, les parties plastiques se décollent, les tissus se trouent…

  • elle ne répond pas à l’utilisation que vous en faites (trop lourde, trop ouverte, n’est pas imperméable, etc…)

Le budget pour l’achat des chaussures de rando n’étant pas négligeable (entre 50 et 200 euros pour faire simple), il serait bien dommage de se tromper…

2. Quelles sont les questions à se poser sur sa pratique de la randonnée ?

Le choix de la « bonne chaussure » dépend avant tout du type d’utilisation que vous en aurez : Faites-vous de la rando occasionnelle et généralement sur bons sentiers (GR, pistes, route, … ) sans trop de dénivelé ? Du trail ? Ou bien de la rando régulière sur tous types de terrains (sentiers, pierriers, hors sentiers, etc…) ? Ou de la « haute montagne » (alpinisme ? escalade ? ...) ?

Ces différentes pratiques de la montagne ne se réalisent pas dans de bonnes conditions avec les mêmes chaussures aux pieds !

N’étant pas expérimentés en trail et en haute montagne, nous vous laissons consulter les sites spécialisés pour vous aider dans votre choix.

Nous allons ici nous concentrer sur la rando, de très occasionnelle à assidue…

3. Quelles grandes familles de chaussures trouverez-vous en rayon ?

Il existe 4 grandes familles de chaussures parmi lesquelles il faudra faire votre choix :

  • Les sandales de randonnée : nous les déconseillons pour la randonnée en pleine nature… Trop ouvertes, elles vous exposent aux chocs (sur une pierre par exemple), aux éraflures liées aux herbes et arbustes, aux piqures d’insectes ou de serpents, …

  • Les chaussures de randonnée qui ressemblent à des baskets : Elles sont en général des intermédiaires entre chaussures de randonnées « classiques » et baskets car elles sont renforcées au niveau de la semelle pour une meilleure accroche et un meilleur amorti. Elles nous paraissent adaptées à la pratique occasionnelle de la randonnée sur des chemins larges, bien marqués et en plaine. Dès que l’on envisage des circuits de plus de 2h ou sur sentiers de montagne, il nous parait mieux de passer à des chaussures de randonnée hautes.

  • Les chaussures de randonnée basses : Comme les chaussures précédentes, elles sont à notre avis plus adaptées pour des randonnées sur des sentiers larges et bien marqués. Dès que l’on envisage des circuits de plus de 2h ou sur sentiers de montagne, il nous parait mieux de passer à des chaussures de randonnée hautes.

  • Les chaussures de randonnée hautes : Nous les trouvons les plus adaptées dès que vous envisagez des randonnées sur terrain accidenté (sentiers irréguliers, dénivelé, …), sur plusieurs heures, que vous pensez avoir une pratique régulière de la randonnée ou que vous serez amenés à porter une charge (sac-à-dos).

4. Servez-vous d’internet !

Avant même de vous déplacer en magasin, consultez les sites internet des chaines près de chez vous . Souvent très complets, ces sites contiennent toutes les informations qu’il vous faut :

Vous y trouverez le descriptif de chaque chaussure avec leur positionnement sur des critères-clef :

> Le maintien (chaussure basse ou haute, nombre de crochets, …) :

  • Une chaussure basse laisse la cheville libre et permet une marche « naturelle » ;

  • Une chaussure haute protège vos pieds et chevilles : Les crochets permettent notamment de maintenir le pied bien positionné dans la chaussure quelle que soit l’inclinaison du terrain

> L’accroche (taille des crampons au niveau des semelles) : Elle est essentielle si vous pensez randonner sur des terrains accidentés (pentus, pierreux, boueux, herbeux, etc…). Lorsque la semelle est standard, l’accroche est assurée par des crampons. Elle sera d’autant meilleure que les crampons sont marqués, comme sur des pneus de voiture. Certaines semelles sont faites dans des matières plus techniques qui améliorent l’adhérence (vous verrez un logo coloré sur la semelle : Vibram, Cross Contact, …).

> L’amorti est important dès que vous envisagez des randonnées de plusieurs heures. Là encore, si vous envisagez une pratique régulière, prenez des chaussures amorties sur l’ensemble de la semelle et pas seulement au niveau du talon.

> L’imperméabilité vous permet de garder les pieds au sec lorsqu’il pleut, que vous traversez des prés dont les herbes sont couvertes de rosée ou que vous avez des gués à franchir. Mais une chaussure non imperméable sera moins chaude et plus respirante.

Il existe 2 types de chaussures imperméables :

- celles à membranes imperméables ET respirantes de type Gore-tex ou Novadry

- celles imperméables dites "enduites" (ex: tissu/cuir sur lequel on ajoute un traitement imperméabilisant) : le prix est bas mais la durée de vie est moins longue et l’imperméabilité à réactiver régulièrement .

> Enfin le poids des chaussures est intéressant à étudier même si ce critère nous parait moins important que les 4 précédents car on sent assez peu une différence d’une centaine de grammes aux pieds lorsque l’on marche. Le poids de la chaussure étant lié à la présence de plus ou moins de renforts sur les côtés ou à l’avant, il nous semble important de ne pas forcément chercher les chaussures les plus légères.

Sur internet, vous pourrez aussi :

  • Vous faire une idée des gammes de prix pratiquées

  • Etudier en quelques clics l’esthétique des chaussures que vous trouverez en magasin : en théorie, ce critère est peu important mais en pratique, nous le savons tous, il fait beaucoup pencher la balance d’un côté ou de l’autre de la décision d’achat….

  • Et enfin, vous aurez la plupart du temps les avis des consommateurs : bien sur, il y aura toujours les avis des mauvais coucheurs jamais satisfaits et ceux dithyrambiques des amoureux inconditionnels de telle ou telle marque, mais, comme pour les restaurants ou les hôtels, nous trouvons que ces avis sont en moyenne très éclairants. Donc, ne vous en privez pas !

Une fois le lien fait entre la pratique que vous comptez faire de vos chaussures et de celles qui répondent à cette exigence dans les magasins près de chez vous… Déplacez-vous liste en main avec les modèles que vous avez sélectionnés car l’achat sur internet est à proscrire absolument !

Des chaussures, çà s’essaie…

5. Une fois dans le magasin…

Prenez le temps de bien les essayer !

C’est-à-dire avec des chaussettes de randonnée (en général épaisses et renforcées) et pas des chaussettes de chaussures de ville…

Mettez-les au pied et prenez le temps de les lasser comme vous le feriez pour partir en rando.

Puis marchez un peu et écoutez vos sensations :

  • Vous devez vous sentir très confortables dans ces chaussures mais sans flotter (la cheville notamment doit être maintenue) : dans toutes les positions le pied ne doit presque pas bouger ;

  • Les orteils ne doivent pas butter au fond : pour un test complet, mettez-vous dans une position similaire à une forte descente : même dans ce cas-là, l’orteil ne doit pas toucher le fond de la chaussure… Sinon, imaginez après 800m de dénivelé en descente dans quel état vous serez ;

  • Le talon ne doit pas se décoller quand vous marchez ;

Si vous hésitiez entre plusieurs modèles, c’est ce test de l’essayage qui doit vous convaincre définitivement pour l’un ou l’autre…

6. Et pour les enfants ?

Les chaussures pour enfants sont un sujet à part entière.

En effet, leurs pieds poussent constamment et ils peuvent prendre à l’adolescence plusieurs pointures par an. Après une période d’inactivité, il est donc important de refaire des tests d’essayages complets de leurs chaussures, comme ceux décrits au point 5.

Même s’ils y sont réticents, faites cet effort car une fois partis sur les sentiers, vous seriez déçus (et le mot est faible) si vous deviez faire demi-tour car ils ont trop mal aux pieds ou s’ils venaient à se dégouter de la randonnée parce qu’elle ne rime plus avec plaisir mais avec galère…

7. Chaussures neuves aux pieds, comment éviter les problèmes ?

Une fois la chaussure de vos rêves trouvée, allez-y pro-gres-si-ve-ment pour les « faire »…

  • Pensez à toujours bien couper les ongles de vos orteils (le conseil parait bête mais des ongles trop longs peuvent transformer une rando en torture chinoise) ;

  • Enfilez des chaussettes spécialement renforcées pour la pratique de la randonnée ;

  • Démarrez par de petites randos faciles puis augmentez la durée et difficulté au fur et à mesure de vos sorties. Ne partez surtout pas en traversée de plusieurs jours avec des chaussures neuves !

  • Si elles vous blessent à certains endroits (talons, tendon d’achille, orteils, …), ne vous découragez pas : attendez une semaine ou deux avant de les réessayer et mettez des pansements préventifs aux zones abimées la fois précédente. Avec le temps, ces petits désagréments s’estomperont…

Et là, il n’y a plus qu’à laisser parler ses envies d’évasion !

Bonnes randonnées à tous !

Nous remercions le magasin Décathlon de Grasse pour les précieux conseils qu’ils nous ont fournis pour rédiger cet article.

#randonnée #équipement

366 vues