Il est impératif de se munir de la carte IGN bleue 1/25000ème correspondant à la randonnée

ou de sa trace GPX (nous vous enverrons la trace GPX sur simple demande par mail) :

les topos sont d'une précision insuffisante pour s'orienter en cas de problème ou d'incertitude !

Copyright © 2018 - Terres Et Pierres d'Azur - Tous droits réservés

Conditions d'utilisationMentions légalesQui sommes-nous ?

Contact : terresetpierresdazur@gmail.com

Retrouvez-nous sur Facebook :

Randonner avec son chien : Notre expérience et nos conseils

18/02/2016

 

Randonner avec son chien n'est pas aussi évident qu'il y parait : si votre animal n'est pas le premier de la classe en terme de rappel, a tendance à courser les voitures... ou si vous n'avez jamais tenté l'aventure parce que vous n'avez pas confiance en lui, cet article est fait pour vous !

 

Car faute de gommer ces "défauts", qui s'atténueront avec le temps et l'apprentissage, il y a des moyens d'éviter les situations où ils peuvent s'exprimer et générer des problèmes.  

 

Il serait en effet bien dommage de vous priver de ce bonheur de partager vos sorties avec votre chien car quel plaisir de le voir courir dans les champs ou sentir les odeurs de la forêt !

 

Voici quelques clés :

 

1. Connaître son animal et s'adapter à lui

 

Le mot d'ordre est d'éviter les surprises et les conflits avec les autres usagers des sentiers : randonneurs à pied, vttistes, joggeurs, cavaliers, quads, motos, bergers, patous et animaux sauvages (marmottes, sangliers, bouquetins...).

 

Une randonnée avec son chien ne s'improvise pas, elle se prépare avec soin : 

 

> Adaptez le circuit à sa forme (protégez votre chien) :

 

Si votre chien est jeune (moins de 6 mois), il vaut mieux démarrer par de petites sorties et voir comment votre chien réagit. S'il s'endort pendant la ballade ou s'allonge sur le chemin, c'est que vous lui en avez trop demandé.

 

 

Comme avec des enfants, il faut augmenter la difficulté progressivement : un peu plus de distance et de dénivelé à chaque fois. Vous apprendrez avec le temps à lire les réactions de votre chien.

 

Si votre chien commence à se faire âgé, a de l'embonpoint, a des douleurs articulaires ou est convalescent, c'est à vous d'être raisonnable pour lui... car lui vous suivra partout et fera le double voire le triple du chemin même s'il n'est pas en forme.

 

Bien sûr, la race du chien est déterminante pour savoir s'il est adapté ou non aux longues traversées en montagne : un border collie ou un berger allemand seront plus endurants qu'un teckel ou un jack russel. Pas besoin de s'étendre sur le sujet !

 

Enfin, il nous semble bien d'équiper votre chien d'une clochette qui évitera les drames en période de chasse et vous permettra de le localiser si vous l'avez perdu de vue.

 

 

> adaptez le circuit à ses défauts (protégez les autres usagers) :

 

Rares sont les chiens "parfaits", qui reviennent au premier rappel lorsqu'un lièvre leur passe sous le nez, qui résistent à la tentation de saluer un congénère, etc...

Les maîtres connaissent bien les faiblesses de leur chien et doivent choisir des circuits qui limiteront au maximum la probabilité que cette faiblesse ne s'exprime.

 

> si votre chien risque d'être agressif (par exemple un dominant qui attaque les autres mâles ou qu'il ne supporte pas qu'on lui touche la tête)... la laisse est de rigueur sur tout le parcours.

 

Si la randonnée se fait en laisse, au collier, préférez le harnais : Il existe des équipements de canicross avec une longe extensible reliée à une ceinture portée par le maître qui permettent d'éviter le désagrément d'être "tracté" par son chien en ballade.

 

> si votre chien a un mauvais rappel ou a tendance a partir "chasser", optez pour la laisse ou la longe lorsque vous êtes en extérieur et continuez à travailler son rappel chez vous ou dans un parc fermé.

Votre chien sera considéré comme "en divagation" s'il n'est plus à portée de voix ou de vue : vous risquez alors une amende.

 

> s'il a tendance à courser les voitures, sélectionnez des circuits où il n'y a pas de routes à proximité. Une bonne centaine de mètres avant de croiser une route, remettez-le en laisse, traversez et libérez-le une fois la route passée.

 

> s'il aboie sur les coureurs, les chevaux ou les vélos, évitez les pistes et préférez les circuits moins connus : petits sentiers chaotiques, circuits peu connus...

Et continuez à travailler ce mauvais comportement (à la croquette par exemple) car sinon, il vous empoisonnera la vie et celle des autres randonneurs également.

 

 

> certains randonneurs ont peur des chiens et même si votre chien est "gentil", "bien éduqué" à vos yeux, il peut faire peur s'il arrive en courant. Là encore, il s'agit d'un comportement à atténuer. Si votre chien a tendance à mal réagir à l'arrivée d'un groupe ou a peur des batons de randonnée, remettez-le en laisse puis libérez-le une fois le groupe traversé.

 

Si votre chien cause un incident (morsure, chute d'un vttiste, etc...), vous en serez le responsable aux yeux de la loi !

 

> il arrive aussi que l'on croise des troupeaux et des patous. Nous vous invitons à lire notre article sur le sujet "Comment réagir face à un patou ?"... Pour résumer : 

- votre chien ne doit en aucun cas déranger le troupeau car il pourrait provoquer un mouvement de panique.

- si le patou vient au contact, laissez les deux chiens gérer leur rencontre tous seuls. Sinon, vous risqueriez de vous faire mordre en vous interposant.

 

 

Même si vous connaissez bien votre chien, il nous parait nécessaire de toujours avoir une laisse sur vous et de choisir des circuits adaptés aux défauts de votre animal tant que ceux-ci sont présents.

 

 

2. Reconnaître les signes de fatigue chez son chien

 

Comme évoqué plus haut, votre chien fera pendant la randonnée beaucoup plus de distance que vous. Il faut donc savoir détecter les signes de fatigue de votre animal surtout si le circuit est long ou que vous êtes partis pour une traversée de plusieurs jours.

 

Un autre point important à signaler pour la région PACA : les températures peuvent vite grimper l'après-midi de mi-mai à mi-septembre et devenir dangeureuses pour votre chien.

 

> la déshydratation :

 

Pensez à vérifier que votre chien boit toutes les deux heures à peu près. S'il boit dans les flaques, les rivières, les lacs, tout point d'eau sera utile ! Si vous n'en croisez aucun ou que vous interdisez à votre chien de boire dans les flaques, prévoyez une gourde pour lui.

 

Quels sont les signes d'un début de déshydratation ?

Il existe plusieurs critères :

- la perte d'élasticité de la peau : lorsque vous tirez sur la peau du dos entre 2 doigts jusqu'à faire un pli. Lorsque vous relachez, la peau doit se remettre en place quasi immédiatement.

- la couleur des gencives : elles sont roses normalement, bien irriguées. Si elles pâlissent ou blanchissent ou que lorsque vous pressez dessus la couleur rose a du mal à revenir, il y a un début de déshydratation.

 

 

> le coup de chaleur :

 

C'est un vrai sujet dans notre région lorsqu'arrive l'été : les températures l'après-midi peuvent vite dépasser les 30°. Pour cette raison, nous évitons les randonnées en basse altitude à cette période et préférons les circuits à plus de 1500m.

 

Comment reconnaitre que votre chien souffre de la chaleur ?

Il vous devance et s'arrête systématiquement à l'ombre ou se couche sur le bord du chemin à l'ombre. Il tire la langue, halète en fermant les yeux, la truffe est sèche...

Dans ce cas, faites une pause, faites-le boire et attendez qu'il reprenne une température corporelle normale (le halètement s'est calmé, il arrive à déglutir, etc....).

 

> le froid :

 

C'est en randonnée l'hiver, dans la neige, que votre animal peut souffrir du froid. Pour le chien, courir dans la neige est épuisant, surtout en hors piste. Pour cette raison, nous évitons les sorties de plus de 3h.

 

Il faut également bien surveiller ses coussinets car souvent, des boules de glace dure vont se former entre les doigts et peuvent être douloureuses. Si cela se produit, retournez à votre point de départ et laissez ces boules fondre : n'essayez surtout pas de les arracher.

 

> la blessure :

 

Il peut arriver que votre animal se blesse : chute, déchirure d'un coussinet, .... Il faut être préparé à devoir le porter en cas de problème grave.

 

> coussinets abrasés :

 

Certains types de terrains sont plus abrasifs que d'autres : asphalte, rochers, ...

Lorsque votre randonnée se déroule essentiellement sur ce type de terrain ou sur plusieurs jours, pensez à vérifier l'état des coussinets. S'ils sont abimés, il faut aider votre chien en lui appliquant des produits qui vont aider à les régénérer comme du Solipat ou de la vaseline.

 

De toutes les randonnées de notre site, il n'y en a que deux où le problème s'est posé : celles qui se déroulent dans les gorges de Daluis (Mission to Mars et les Gorges de Daluis) car le sentier serpente sur les roches.